Comment doit-on se comporter à table au Japon ?

Publié le : 06 juin 20238 mins de lecture

Comme nous l’avons dit au début, les Japonais ne s’attendent pas à ce que les invités étrangers suivent l’étiquette japonaise à la lettre, mais il est tout de même recommandé de calquer son propre comportement sur celui de ses hôtes ou d’autres personnes. Il faut au moins essayer, car l’étiquette japonaise en dit plus sur la société, la tradition et la culture japonaises que nous ne l’imaginons peut-être.

Avant de manger : oshibori et itadakimasu

Dans un restaurant japonais, on sert généralement un linge blanc humide (froid ou chaud), qui sert principalement à se nettoyer les mains avant le repas et peut être utilisé comme serviette pendant le repas. Même si cela ne fait pas partie des bonnes manières, de plus en plus d’hommes s’essuient parfois tout le visage avec l’o-shibori. Les femmes se contentent de se tamponner la bouche ou de s’essuyer les doigts avec le tissu.

Itadakimasu : un remerciement humble au cuisinier, à l’hôte et à la nourriture en soi

Après s’être imprégné de l’impression générale des bols et des plats arrangés, et une fois que tout le monde est prêt, on utilise la modeste formule Itadakimasu (en français : « je vais recevoir »). Même si Itadakimasu peut être traduit au mieux par « bon appétit » en français, la phrase a une signification différente. Itadakimasu veut exprimer deux choses : un humble remerciement au cuisinier ou à l’hôte du repas et le signal que l’on va maintenant commencer à manger.

Quelles sont les bonnes manières à adopter à table au Japon ?

Manger japonais, que ce soit à la maison ou à l’extérieur, implique quelques manières de table inconnues en Europe. La quantité de faux pas et de règles possibles est presque inépuisable. En commençant par l’entrée dans un restaurant (ou même dans un appartement, une maison ou une chambre), il faut savoir que les chaussures, quelles qu’elles soient, doivent être enlevées avant de marcher sur le sol en tatami (nattes de qualité en paille de riz). Parfois, de simples chaussons sont disponibles pour les enfiler, ou bien on se rend simplement en chaussettes à la table, qui est souvent si basse (surtout dans les restaurants traditionnels japonais) qu’on ne peut y manger qu’assis par terre.

Si des petits bols sont servis avec les plats japonais, il est attendu de les prendre dans une main et de les approcher de la bouche pour manger le plat. Ne vous étonnez pas : Il est de bon ton de siroter bruyamment au Japon ! En revanche, les grands bols ne doivent pas être soulevés. Une fois le plat terminé, il est d’usage de replacer les bols et les assiettes, souvent posés ensemble sur un plateau devant l’invité, exactement comme ils ont été servis à l’origine.

Lors de la consommation de boissons – en particulier de boissons alcoolisées, par exemple dans un izakaya – il est particulièrement impoli, tout comme lors du repas, de boire seul et avant tout le monde. Ce n’est que lorsque tous les verres sont remplis qu’ils sont levés et que l’on trinque en criant « Kanpai ! Il convient de noter que l’on ne doit jamais se servir ou se resservir soi-même, mais que l’on doit toujours attendre que le voisin de table propose de se resservir – inversement, le voisin s’attendra à ce que vous fassiez de même !

Pendant le repas : les faux pas possibles avec les baguettes, les bols et le riz

Au Japon, on mange la plupart des plats avec des hashi, des baguettes généralement fabriquées en bois, en bambou, en métal ou en plastique. Si vous n’avez pas eu l’occasion de manger avec des baguettes auparavant, vous pouvez demander des couverts au restaurant. Au Japon, il n’est pas de bon ton de piquer quelque chose avec les baguettes, de les agiter en l’air, de jouer avec ou de les pointer vers d’autres personnes. Lorsque l’on ne mange pas avec les baguettes, il est préférable de les laisser reposer sur un porte-baguettes (hashioki). Si l’on prend de la nourriture dans des bols et des assiettes communs, il est préférable de ne pas utiliser ses propres baguettes. S’il n’y a pas de baguettes supplémentaires à cet effet, il suffit de retourner ses propres baguettes et de se servir de l’autre extrémité.

A éviter absolument

  • Baguettes : Il faut éviter de planter les baguettes verticalement dans le riz ou de passer la nourriture de baguette en baguette, car cela rappelle un rituel bouddhiste pour les morts. Le fait de croiser les baguettes sur la table peut également évoquer des associations avec la mort, c’est pourquoi il faut veiller à ne pas croiser les baguettes et à les replacer sur le hashioki lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Pour les bols avec couvercle, le couvercle est replacé sur le bol après le repas
  • Assiettes et bols : contrairement à ce qui se passe chez nous en France, au Japon, la nourriture n’est pas servie dans une seule assiette, mais dans de nombreux petits bols et coupes. Il n’y a pas d’ordre fixe prescrit dans lequel on doit manger les plats servis. Au lieu de vider les bols les uns après les autres, il est plutôt d’usage de manger à tour de rôle dans les bols. En Corée, par exemple, c’est mal vu, mais au Japon, il est courant de soulever son propre bol de riz jusqu’à la hauteur de la poitrine et de manger dans celui-ci au lieu de se pencher sur la table.
  • Riz : Le riz est sacré au Japon et c’est pourquoi il ne faut pas jouer avec cet aliment précieux ni le manipuler à la légère. Comme le riz est immensément précieux pour les Japonais, il doit être consommé pur dans la mesure du possible. Un faux pas absolu est de renverser de la sauce soja ou autre sur le riz et de « salir » ainsi le blanc pur. Alors que dans d’autres pays, il est par exemple de bon ton de garder un reste de décence dans son bol de riz, au Japon, il faut si possible ne pas laisser de restes et « vider » le bol de riz jusqu’au dernier grain. Le riz, les fruits de mer et les légumes sont en quelque sorte les éléments principaux de la cuisine japonaise |
  • Siroter : Manger et siroter avec bruit n’est pas considéré comme une mauvaise habitude par les Japonais. Il est même courant de siroter bruyamment les soupes de nouilles, car elles sont servies bouillantes et le fait de les siroter permet de les refroidir à une température buvable. En outre, le fait de siroter bruyamment signale que quelqu’un apprécie le plat.

Après le repas  : gochisosamadeshita

Comme mentionné précédemment, il est considéré comme poli de finir son repas jusqu’au dernier grain de riz. Une fois le repas terminé, on remet les bols et assiettes servis dans leur position initiale et on replace les baguettes sur le porte-baguettes. Le repas se termine alors par les mots Gochisosama deshita. Cela signifie en quelque sorte « c’était un festin ». Si vous avez mangé au restaurant, vous attendrez probablement en vain que le serveur vous apporte l’addition. Au Japon, on paie généralement à une caisse centrale située à l’entrée d’un restaurant et non directement à table. Même si le service était bon et les plats délicieux… Au Japon, il n’est pas d’usage de donner un pourboire et la plupart des serveurs courraient probablement après les clients pour leur rendre le tuyau poliment et modestement.

 

Plan du site